Et voilà.

Il y a un peu plus d'un an, je sortais tout juste de l'université, je vivais aux États-Unis, je travaillais comme serveuse et je passais mon temps libre et mon argent à sortir. J'étais terrifiée à l'idée que les gens me demandent ce que je faisais pour m'amuser ou me questionnent sur mes loisirs, car je n'en avais pas vraiment en dehors de la fête.

À ce stade de mon existence, je n'aurais jamais imaginé qu'il était plausible pour moi de suivre un chemin nomade dans la vie.

J'ai senti la crise de la quarantaine s'insinuer en moi chaque fois que mes parents me demandaient ce que je comptais faire après mon diplôme.  Je ne savais pas quelle direction prendre car toutes les voies conventionnelles me faisaient peur.  Les stages non rémunérés, les stages à peine payés, le fait de rester assis à un bureau à regarder un écran toute la journée et le fait de retourner vivre chez mes parents ne figuraient pas en tête de ma liste de choses à faire dans cette vie.

"Ne laisse pas la peur existentielle s'insinuer, tout sera génial" était mon mantra quotidien.

Les gens disent que les médias sociaux sont une perte de temps, mais comme tout outil, la véritable valeur réside dans la façon dont vous l'utilisez.  Il est amusant de constater que je ne vivrais pas en Thaïlande aujourd'hui si ce n'était pas pour Facebook. 

Mon ami publiait constamment des photos qui semblaient s'être échappées d'une séquence de rêve et des messages texte contenant des histoires à la fois réconfortantes et hilarantes sur ses escapades dans l'enseignement.  Je me suis empressé de lui envoyer un message pour savoir comment je pouvais faire de ce que j'avais vu sur sa page Facebook une réalité dans ma vie.

Mes parents ne s'attendaient pas à ce que la voie que j'ai choisie comprenne un voyage de 20 heures en avion et un déménagement sur un autre continent, mais ils m'ont néanmoins soutenu. Rétrospectivement, je pense qu'ils étaient simplement heureux que j'arrête de répondre à leurs questions sur mes projets d'avenir par des divagations sur la vie dans le présent et sur le fait que le temps n'existe pas vraiment.

Moi-même, je ne m'attendais pas à ce que les pièces s'assemblent aussi facilement pour que cette vision devienne réalité. Une fois que j'ai su ce que je voulais et que je l'ai fait avec enthousiasme, tout ce qui m'inquiétait a semblé s'arranger tout seul.

Faire le saut et décider d'aller à fond dans ce que vous voulez est la seule barrière pour l'obtenir.  La logistique, comme l'argent, les visas, les vols et tout le reste, s'arrangera. 

jules thailand islands extreme nomads

C'est le début qui arrête la plupart des gens.

Je suis partie pour la première fois à l'étranger en Thaïlande en octobre 2016 pour travailler en tant qu'enseignante d'anglais langue seconde et j'avais initialement prévu de ne rester qu'un an. 

Cela fait un an et quatre mois et Je n'ai pas l'intention de déménager ni même de m'installer trop longtemps au même endroit. Il y a tellement d'endroits à visiter, de nouvelles choses à essayer et de personnes inspirantes à rencontrer que je ne peux pas imaginer revenir à une vie stationnaire.

Travailler et vivre à distance semble être une tâche intimidante lorsqu'on débute, je le sais parce que c'est ce que je fais actuellement.

Commencer comme professeur de langues a été une opportunité incroyable qui m'a donné l'expérience, le savoir-faire et les contacts nécessaires pour passer à la vie de nomade numérique.  Si vous avez envisagé de suivre le mode de vie nomade, mais que vous hésitez à plonger dans le grand bain, envisagez l'enseignement de l'anglais langue seconde comme un moyen de vous lancer et de tâter le terrain.

Un tout nouveau monde, un tout nouveau Jules.

Avant mes expériences à l'étranger, je n'étais qu'une coquille de la personne que je suis maintenant.  Avant, j'hésitais à parler de mes loisirs, qui existaient à peine, mais aujourd'hui, je rayonne de passion et d'excitation lorsque je parle de mes centres d'intérêt à de nouvelles personnes.

Depuis que je vis à l'étranger, je me suis mise au yoga, au wakeboard, à la randonnée et j'ai obtenu deux certifications de plongée sous-marine.  Tout ceci n'est qu'un début et il y a encore beaucoup à découvrir sous la surface.

Enseigner à des lycéens thaïlandais est sans doute l'un des emplois les plus divertissants et les plus enrichissants que j'aurais pu espérer vivre. Cela m'a permis d'explorer de nouveaux centres d'intérêt et de me développer, tant au travail que pendant mon temps libre.

jules hobbit house extreme nomads

"Teachaaaa !" - Selfies, jurons et surprises

Chaque jour passé à enseigner est une aventure pleine de surprises, comme lorsque j'ai dit à mes élèves que j'allais visiter les États-Unis pendant deux semaines, je ne m'attendais pas à entendre "Teacha, tu m'apportes de l'herbe". 

Ce même élève est obsédé par Snoop Dogg et le hip-hop, on pourrait croire qu'il souffre de tourettes avec la rivière de jurons qui s'écoule de sa bouche. Je lui donne une feuille de travail et sa réponse est "merde, enculé", charmant.

Au moins une fois par semaine, je suis interrompue en plein cours par un timide "prof..." et des ricanements alors que mes élèves me demandent pour la énième fois "tu as un petit ami ?". J'ai essayé d'expliquer que les petits amis donnent des maux de tête, mais je suis presque certaine qu'ils pensent simplement que j'ai un petit ami qui s'appelle Headache.

La classe s'arrête également pour prendre des selfies de manière aléatoire mais fréquente.

Un élève m'appelle à son bureau, me faisant croire qu'il a besoin d'aide, pour ensuite sortir son téléphone et prendre une photo plus vite que sonic le hérisson. Ou encore la fois où je suis sorti des toilettes de l'école pour me retrouver face à face avec trois moines, je ne sais toujours pas qui était le plus déconcerté à ce moment-là.

jules green sunset extreme nomads

Le fait de vivre dans une région tropicale où de nombreux fruits et légumes frais sont cultivés localement m'a aidé à me mettre à la cuisine et à faire des recherches sur la guérison holistique pour soulager mes douleurs arthritiques. Vivre et travailler à l'étranger a été un chapitre tellement transformateur de ma vie, 

Je me sens si légère et satisfaite de tous les aspects de ma vie.

Le développement personnel que cette étape de ma vie m'a apporté est exponentiel. J'avais l'habitude de sortir pour boire, c'était mon seul moyen de m'amuser, alors que maintenant je n'ai plus envie de boire, la vie est tellement splendide qu'il n'y en a pas besoin.

Ce contexte m'a permis de prendre l'initiative sur des questions qui me préoccupaient auparavant de manière passive, comme l'organisation de nettoyages de plages et l'enseignement à mes élèves de l'importance de l'environnement.  L'environnementalisme. 

Le sens du but et la connexion avec les autres, ainsi que la nature, sont la recette d'une vie heureuse.

Dans deux mois à peine, je vais clore ce chapitre irréel de ma vie et faire le grand saut dans la vie de nomade numérique. J'enseignerai toujours, mais j'échangerai ma salle de classe physique contre une salle virtuelle.

Ce compromis me laissera plus de temps pour me plonger dans des projets passionnels comme l'écriture et la plongée littérale dans le but de devenir un maître de plongée.

Plus vous vous ouvrez au monde, plus le monde s'ouvre à vous. Grâce au temps passé à enseigner et aux âmes charmantes que j'ai croisées en chemin, je suis enthousiaste et confiante à l'idée de me lancer dans cette nouvelle aventure.

Je ne fais que commencer ce voyage de nomade numérique et je me sens déjà accroché à la liberté et à la joie que ce style de vie est capable de procurer.

jules beach thailand extreme nomads

L'internet a révolutionné la façon dont le monde fonctionne et, à son tour, a transformé la façon dont les êtres humains travaillent et vivent.

La connexion Internet rend cette vie possible, mais ce qui la rend vraiment concevable, c'est la connexion humaine. Tout comme mon ami Facebook qui m'a inspiré ce voyage, je ne serais pas en mesure de commencer ce chapitre de nomade numérique sans l'aide et les conseils de mes semblables.

J'ai trouvé la plateforme d'enseignement en ligne sur laquelle je vais postuler par l'intermédiaire d'amis que j'ai rencontrés et qui enseignaient dans ma ville. La voie que j'ai choisie n'est pas toujours facile, car c'est certainement la route la moins fréquentée, mais les personnes qui l'ont déjà empruntée ont été heureuses de m'y conduire.

La destination est imprévue, mais il y a plus qu'assez de choses à voir sur la route panoramique et c'est pendant le voyage que l'aventure vous attend.

Aujourd'hui, alors que je suis impatient de me lancer dans une vie que mon moi passé n'aurait pas pu imaginer, je vois clairement à quel point je me suis épanoui dans cet environnement.

Toutes les photos sont de Julianne Tierney.

Catégories : Mode de vieTravail

Julianne Tierney

On m'appelle Jules. J'aime écrire des choses et faire rire les gens, parfois simultanément. Je parle couramment l'anglais, le sarcasme et le latin cochon. Je suis originaire de Philadelphie mais je vis actuellement à Pak Nam Pran, en Thaïlande. Quand je n'écris pas ou n'enseigne pas l'anglais à des enfants thaïlandais, j'aime faire du yoga, de la randonnée, de la plongée, cuisiner, lire, m'allonger dans des hamacs, donner de l'attention aux chiens et réfléchir à l'étendue de la conscience telle qu'elle existe dans notre univers.

1 Commentaire

Brian - mars 2, 2022 à 12:04

Jules, je me souviens l'avoir lu il y a des années. Il semble aussi bon maintenant qu'à l'époque.
Papa d'amour

Laisser un commentaire

Emplacement de l'avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

fr_FRFrançais